02/12/2015

La gare de Tilleur

La gare de Tilleur au début du XXe siècle :gare_tilleur_debut XXe.jpg

 La gare désaffectée et taguée en 2008 :gare_tilleur_2008.jpg

La gare de Tilleur se trouve sur la ligne ferroviaire 125 qui relie Liège et Namur, en orange sur ce plan :
lignes chemin de fer.jpg

Cette ligne a été créée en 1850 (Liège Val Benoît-Bouge) et agrandie en 1851 (Liège Guillemins-Namur).

Le plan qui suit ( cliquez dessus pour l'agrandir dans une nouvelle fenêtre) nous reporte en 1850. La flèche désigne l'emplacement de la première gare de Tilleur, avant que celle-ci ne soit déplacée une trentaine d'années plus tard à l'endroit marqué d'une croix :
plan tilleur 1850.jpg
Plan dessiné par Tony Bergmans.

C'est en 1882 que la gare qu'on connaît a été construite. La ligne 125 est alors exploitée par la compagnie du Nord-Belge*, filiale de la compagnie française des Chemins de Fer du Nord. Les diverses stations bâties à cette époque se ressemblent, avec leur architecture d'inspiration française.
* La Nord-Belge sera nationalisée en 1940.

gare_tilleur_debut XXe (2).jpggare_tilleur_debut XXe (5).jpggare colorisée.jpggare_tilleur_debut XXe (3).jpg

Voici deux photos prises depuis la passerelle qui enjambe les voies ferrées, la première dans la première moitié du XXe siècle, la seconde actuellement. À remarquer, sur la première vue, la belle-fleur du charbonnage du Horloz et le clocher de l'ancienne église Saint-Hubert (démolie en 1989) :
gare charbonnage tilleur.jpggare_tilleur_2015.jpg

La rue de la Station en 2015 :rue de la station_tilleur_2015.jpg

La rue de la Station s'appelait autrefois la ruelle de Liège (voir plan de 1850 en début d'article) ; elle provenait du carrefour des « six ruelles » et continuait au-delà du chemin de fer grâce à un passage à niveau. Celui-ci est supprimé en 1879 et remplacé par une passerelle. En même temps, la rue est coudée au niveau de l'actuelle rue Lairesse*, puis prolongée en direction des actuelles rues des Rêwes** et Ferdinand Nicolay***. Elle prend le nom de rue de la Station puisqu'elle mène désormais à la gare.
* Du nom d'une famille locale.
** Anciennement rue des Rhieux. « Rêwe » et « rieu » signifiaient « ruisseau », en l’occurrence celui du Horloz aujourd'hui canalisé.
*** Ferdinand Nicolay, philanthrope, né à Stavelot en 1772 et décédé à Bruxelles en 1854. Si plusieurs établissements, rues et places publiques portent son nom, c'est dû au fait que cet homme d'affaires, sans descendance, consacra son immense fortune à des actes de bienfaisance.

La rue de la Station au début du XXe siècle. À gauche, on aperçoit la passerelle surplombant les voies ferrées :
place de la gare_tilleur_debut XXe.jpg

Le même endroit de nos jours :place de la gare_tilleur_2015.jpg

La gare de Tilleur que longe la rue de la Station, au début du XXe siècle :gare_tilleur_rue de la station (2).jpg

La rue de la Station, face à la gare, pendant les inondations de l'hiver 1925-1926 :inondations 1926 tilleur.jpg

La place d'Italie de nos jours, avec les anciennes maisons ouvrières rénovées :place d'italie_tilleur_2008 (2).jpg

Retournons dans la première partie du XXe siècle. En 1937, l'espace devant la gare est aménagé en petite place, que l'on appelle communément la place de la Gare, même si l'appellation officielle reste rue de la Station :gare_tilleur_debut XXe (4).jpg

 Le même endroit de nos jours :gare_tilleur_2008 (2).jpg

Fermée aux voyageurs depuis 1993, la gare de Tilleur finit par être murée et dégradée :gare_tilleur_train marchandises 2010.jpggare_tilleur_2008 (2).jpg

Dans le réaménagement récent des lieux, une zone a été réservée à l'arrêt de différentes lignes d'autobus :
gare des bus_tilleur_2008.jpg

La place de la Gare a été rebaptisée place d'Italie en septembre 2006, pour rendre hommage à l'importante communauté italienne vivant dans la commune. L'événement s'est déroulé en présence du chanteur Frédéric François, qui a passé sa jeunesse dans la localité :inauguration place d'italie Tilleur.jpg

En avril 2008, à nouveau en présence du chanteur, un olivier centenaire a été planté sur la place d'Italie pour lui conférer un peu d'apparence méditerranéenne :place d'italie_tilleur_2008.jpg

 Merci de cliquer sur « J'aime » si vous avez apprécié cet article  smile

 

11:30 Écrit par Claude Warzée dans 14. Gare de Tilleur | Commentaires (2) |  Facebook |

06/07/2015

L'église Saint-Nicolas

Reportons-nous dans la seconde moitié du XIXe siècle. La population de Montegnée et Saint-Nicolas* ne cesse d'augmenter grâce au développement des grandes sociétés de charbonnage. Au niveau religieux, les habitants de divers hameaux (Homvent, Pansy, Petit-Montegnée, Roufosse…) se plaignent de l'absence d'un lieu de culte proche de chez eux**.
* Montegnée et Saint-Nicolas sont à cette époque des communes distinctes.
** L'ancienne chapelle de Saint-Nicolas-en-Glain est très délabrée (voir autre article) ; elle ne constitue plus, de toute façon, le centre des zones d'habitat concernées.

De nouvelles démarches entreprises par les habitants auprès des autorités épiscopales et communales, dès 1860, aboutissent trois ans plus tard à la construction d'une chapelle provisoire rue des Bons Buveurs, à l'emplacement de l'ancienne houillère du même nom*, fermée depuis 1794.
* Ce charbonnage était appelé ainsi à cause d'un estaminet fort fréquenté qui se trouvait à proximité.

 En 1865, est créée la paroisse Saint-Nicolas. La chapelle des Bons Buveurs* sera remplacée, en 1876, par une église érigée au lieu-dit « Trixhes aux Agneaux** », église officiellement reconnue comme celle de Saint-Nicolas-lez-Liège.
* Désaffectée dès l'utilisation de la nouvelle église, cette chapelle a été victime d'un effondrement de terrain en 1888.
** Le mot « trixhes » désigne un terrain défriché servant à l'agriculture ou à l'élevage.


L'église Saint-Nicolas est située rue Francesco Ferrer :
plan SN.jpg
Cliquez sur le plan ci-dessus pour l'agrandir dans une nouvelle fenêtre, et  ICI pour accéder au site OpenStreetMap..

Dès la construction de l'église, le chemin qui mène du Lhoneux aux Bons Buveurs est rebaptisé « rue de l'Église » ; il ne prendra le nom de Francesco Ferrer qu'en 1920, en hommage au libre penseur catalan (1859-1909) fusillé à cause de ses idées républicaines et laïques, en opposition au conservatisme religieux du roi d'Espagne Alphonse XIII.

L'édifice religieux est construit dès 1874 par l'entreprise Dupont d'Amay, sur les plans de l'architecte liégeois Eugène Halkin ; il est consacré le 28 août 1876.


Le voici à l'aube du XXe siècle, vu de la rue du Bonnet. Un pont permet à la rue de l'Église (future rue Ferrer) de franchir la tranchée du chemin de fer Ans-Flémalle, qui dessert les charbonnages de la région :eglise saint-nicolas depuis bonnet_debut XXe.jpg

 La photo qui suit présente le même panorama en 1949 (en 1954, on procédera à la destruction du pont et au remblai de la tranchée de chemin de fer) :eglise saint-nicolas depuis bonnet 1949.jpg

Sur cette vue de 2015, prise plus bas dans la rue du Bonnet, la flèche rappelle le tracé de l'ancienne ligne de chemin de fer, devenue en partie un ravel :rue du bonnet_2015.jpg

 

L'église Saint-Nicolas à l'aube du XXe siècle et au début du XXIe :eglise saint-nicolas debut XXe.jpgéglise saint-nicolas lez liege 2008.jpg

 Depuis la rue Lhoneux (un patronyme bien connu dans la région, lui-même issu du wallon « è l'ôneû », lieu planté d'aulnes) :
église saint-nicolas rue lhonneux tt debut XXe.jpgeglise saint-nicolas rue lhonneux 2008.jpg

En 1900 depuis la ruelle des Trixhes (tronçon devenu une partie de la rue Malaise). Le bâtiment qui masque l'église est le cercle catholique Saint-Charles, fondé en 1898 :eglise saint-nicolas 1900.jpg

Le même endroit de nos jours :rue malaise_saint-nicolas_2015.jpg

L'église et le cercle Saint-Charles sur une carte postale écrite en 1904 :eglise saint-nicolas 1904.jpg

 En 2008 :
eglise saint-nicolas et maison paroissiale 2008.jpg

La vue aérienne qui suit, obtenue grâce à Bing Maps, date de 2009. À l'arrière de l'église Saint-Nicolas et de la maison paroissiale (appellation du cercle Saint-Charles après 1948), les bâtiments sont ceux de l'école Saint-Dominique :vue aerienne ecole saint-dominique_saint-nicolas.jpg

À l'entame du XXe siècle, la paroisse envisage la création d'une école primaire pour filles. La tâche en est confiée à des religieuses dominicaines françaises qui fuient les lois anticongréganistes en vigueur dans leur pays. Les premières sœurs arrivent de Monteils (Aveyron) en septembre-novembre 1902 ; elles sont logées au presbytère puis dans une maison louée rue de l'Église ; elles enseignent aux enfants dans les locaux du patronage et du cercle catholique.

En 1905, on leur érige un couvent (les bâtiments marqués « C » sur la vue aérienne qui précède) et deux salles de classe, complétées de quatre autres en 1907.

L'école s'agrandira encore par la suite. Ci-dessous, une carte postale mettant en valeur la salle Sainte-Dominique bâtie en 1937 pour servir de salle des fêtes :
ecole saint-dominique saint-nicolas_annees 50.jpg

 Le même endroit de nos jours, après les ajouts et modernisations des années 1950 et 60 (on aperçoit, sur la gauche, un morceau de l'ancien couvent devenu bâtiment administratif) :
ecole saint-dominique saint-nicolas_2015 (1).jpg

Les 4 et 6 janvier 1945, l'église Saint-Nicolas est fortement endommagée par la chute à proximité de bombes volantes V1 :saint-nicolas,eglise saint-nicolas,rue de l'église,rue ferrer,bonnet,charbonnage du bonnet,rue lhoneux,cercle catholique saint-charles,maison paroissiale,école des soeurs dominicaines,école saint-dominique

Pendant six ans, c'est la salle Saint-Dominique, de l'école des sœurs dominicaines, qui fera office de chapelle. La voici garnie à l'occasion de la fête de Noël 1945, avec un autel latéral récupéré de l'église sinistrée :saint-nicolas,eglise saint-nicolas,rue de l'église,rue ferrer,bonnet,charbonnage du bonnet,rue lhoneux,cercle catholique saint-charles,maison paroissiale,école des soeurs dominicaines,école saint-dominique

 Dans l'immédiate après-guerre, les charbonnages font appel à de nombreux travailleurs étrangers, principalement italiens, qu'on loge dans des baraquements de tôle sur l'ancienne paire du Bonnet (voir autre article).

La photo ci-après a été prise en 1949 depuis la maison paroissiale (le cercle Saint-Charles a été rebaptisé ainsi en 1948). À gauche, c'est le terril du Bonnet (aujourd'hui arasé), avec en contrebas le camp pour travailleurs immigrés. Dans le fond, on aperçoit les terrils et une belle-fleur des charbonnages du Gosson :
saint-nicolas,eglise saint-nicolas,rue de l'église,rue ferrer,bonnet,charbonnage du bonnet,rue lhoneux,cercle catholique saint-charles,maison paroissiale,école des soeurs dominicaines,école saint-dominique

 Vu l'importance de la population immigrée d'origine chrétienne, une chapelle est aménagée sur le site du Bonnet pour y célébrer la messe le dimanche et jours de fête :saint-nicolas,eglise saint-nicolas,rue de l'église,rue ferrer,bonnet,charbonnage du bonnet,rue lhoneux,cercle catholique saint-charles,maison paroissiale,école des soeurs dominicaines,école saint-dominique

 Le chantier de reconstruction de l'église Saint-Nicolas commence en mars 1950. L'essentiel de la restauration se terminera en mai 1951*.
*D'autres travaux de remise en état se poursuivront dans les années suivantes, concernant le dallage, les peintures, l'ébénisterie, le remplacement des orgues...

Les trois photos qui suivent montrent le chantier de reconstruction en 1950 :saint-nicolas,eglise saint-nicolas,rue de l'église,rue ferrer,bonnet,charbonnage du bonnet,rue lhoneux,cercle catholique saint-charles,maison paroissiale,école des soeurs dominicaines,école saint-dominiquesaint-nicolas,eglise saint-nicolas,rue de l'église,rue ferrer,bonnet,charbonnage du bonnet,rue lhoneux,cercle catholique saint-charles,maison paroissiale,école des soeurs dominicaines,école saint-dominiquesaint-nicolas,eglise saint-nicolas,rue de l'église,rue ferrer,bonnet,charbonnage du bonnet,rue lhoneux,cercle catholique saint-charles,maison paroissiale,école des soeurs dominicaines,école saint-dominique

L'inauguration et la bénédiction de l'église restaurée, le 20 mai 1951 :saint-nicolas,eglise saint-nicolas,rue de l'église,rue ferrer,bonnet,charbonnage du bonnet,rue lhoneux,cercle catholique saint-charles,maison paroissiale,école des soeurs dominicaines,école saint-dominique,cimetière saint-nicolas,champ d'ébats du bonnet

 L'église Saint-Nicolas en 1951 :saint-nicolas,eglise saint-nicolas,rue de l'église,rue ferrer,bonnet,charbonnage du bonnet,rue lhoneux,cercle catholique saint-charles,maison paroissiale,école des soeurs dominicaines,école saint-dominique,cimetière saint-nicolas,champ d'ébats du bonnet

 À l'avant-plan de la photo ci-dessus, on remarque un autre chantier, celui de l'agrandissement du cimetière. En février 1950, la commune a en effet acquis une prairie* jouxtant l'église. Elle l'a achetée au charbonnage du Gosson, qui vendait certaines de ses propriétés pour atténuer ses difficultés financières. Elle y a fait aménager un nouvel espace de sépulture à proximité de l'ancien, et une communication entre les deux a été pratiquée en février 1951.
* Prairie sur laquelle était établie depuis peu une plaine des sports. Ce « champ d'ébats » a déménagé sur le site du Bonnet (voir autre article).

Voici trois photos de l'aménagement du nouveau cimetière (1950-51), avec deux vues contemporaines correspondantes :
saint-nicolas,eglise saint-nicolas,rue de l'église,rue ferrer,bonnet,charbonnage du bonnet,rue lhoneux,cercle catholique saint-charles,maison paroissiale,école des soeurs dominicaines,école saint-dominique,cimetière saint-nicolas,champ d'ébats du bonnetsaint-nicolas,eglise saint-nicolas,rue de l'église,rue ferrer,bonnet,charbonnage du bonnet,rue lhoneux,cercle catholique saint-charles,maison paroissiale,école des soeurs dominicaines,école saint-dominique,cimetière saint-nicolas,champ d'ébats du bonnetsaint-nicolas,eglise saint-nicolas,rue de l'église,rue ferrer,bonnet,charbonnage du bonnet,rue lhoneux,cercle catholique saint-charles,maison paroissiale,école des soeurs dominicaines,école saint-dominique,cimetière saint-nicolas,champ d'ébats du bonnetsaint-nicolas,eglise saint-nicolas,rue de l'église,rue ferrer,bonnet,charbonnage du bonnet,rue lhoneux,cercle catholique saint-charles,maison paroissiale,école des soeurs dominicaines,école saint-dominique,cimetière saint-nicolas,champ d'ébats du bonnetsaint-nicolas,eglise saint-nicolas,rue de l'église,rue ferrer,bonnet,charbonnage du bonnet,rue lhoneux,cercle catholique saint-charles,maison paroissiale,école des soeurs dominicaines,école saint-dominique,cimetière saint-nicolas,champ d'ébats du bonnet

L'église, le presbytère et la maison paroissiale en 1955 :saint-nicolas,eglise saint-nicolas,rue de l'église,rue ferrer,bonnet,charbonnage du bonnet,rue lhoneux,cercle catholique saint-charles,maison paroissiale,école des soeurs dominicaines,école saint-dominique,cimetière saint-nicolas,champ d'ébats du bonnet

La photo suivante présente la maison paroissiale en 1965. On vient d'en achever la restauration en 1961 grâce à des dommages de guerre enfin obtenus (les dégâts subis en 1945, en même temps que l'église, n'avaient été réparés que sommairement). Elle abrite une bibliothèque publique depuis 1962. La statue, sur le socle en façade, est Notre-Dame de Banneux :
saint-nicolas,eglise saint-nicolas,rue de l'église,rue ferrer,bonnet,charbonnage du bonnet,rue lhoneux,cercle catholique saint-charles,maison paroissiale,école des soeurs dominicaines,école saint-dominique,cimetière saint-nicolas,champ d'ébats du bonnet

 En 2013, la maison paroissiale est rasée et remplacée par un complexe résidentiel qui en rappelle certains éléments architecturaux :saint-nicolas,eglise saint-nicolas,rue de l'église,rue ferrer,bonnet,charbonnage du bonnet,rue lhoneux,cercle catholique saint-charles,maison paroissiale,école des soeurs dominicaines,école saint-dominique,cimetière saint-nicolas,champ d'ébats du bonnetsaint-nicolas,eglise saint-nicolas,rue de l'église,rue ferrer,bonnet,charbonnage du bonnet,rue lhoneux,cercle catholique saint-charles,maison paroissiale,école des soeurs dominicaines,école saint-dominique,cimetière saint-nicolas,champ d'ébats du bonnet

L'église et l'immeuble résidentiel vus depuis l'école fondamentale Saint-Dominique :saint-nicolas,eglise saint-nicolas,rue de l'église,rue ferrer,bonnet,charbonnage du bonnet,rue lhoneux,cercle catholique saint-charles,maison paroissiale,école des soeurs dominicaines,école saint-dominique,cimetière saint-nicolas,champ d'ébats du bonnet


 * * * * *

Terminons par deux vues d'ensemble prises des hauteurs, la première depuis la rue Ferdinand Nicolay en 1964, la seconde depuis la rue Malaise en 2008 :saint-nicolas,eglise saint-nicolas,rue de l'église,rue ferrer,bonnet,charbonnage du bonnet,rue lhoneux,cercle catholique saint-charles,maison paroissiale,école des soeurs dominicaines,école saint-dominique,cimetière saint-nicolas,champ d'ébats du bonnetsaint-nicolas,eglise saint-nicolas,rue de l'église,rue ferrer,bonnet,charbonnage du bonnet,rue lhoneux,cercle catholique saint-charles,maison paroissiale,école des soeurs dominicaines,école saint-dominique,cimetière saint-nicolas,champ d'ébats du bonnet

* * * * *

Tous mes remerciements à Marguerite ALEXANDRE pour m'avoir procuré ce précieux ouvrage :
saint-nicolas,eglise saint-nicolas,rue de l'église,rue ferrer,bonnet,charbonnage du bonnet,rue lhoneux,cercle catholique saint-charles,maison paroissiale,école des soeurs dominicaines,école saint-dominique,cimetière saint-nicolas,champ d'ébats du bonnet

 

Merci de cliquer sur « J'aime » si vous avez apprécié cet article Sourire

 

11:05 Écrit par Claude Warzée dans 06. L'église Saint-Nicolas | Commentaires (0) |  Facebook |

24/06/2015

La rue Saint-Nicolas

La rue Saint-Nicolas est une longue voirie qui relie le quartier Saint-Gilles à la chaussée de Gaulle (Montegnée). Sur une portion de son tracé, elle constitue la frontière entre la commune de Saint-Nicolas et la ville de Liège. Avant la fusion des communes de 1977, les trente et un hectares colorés en gris sur le plan ci-dessous appartenaient au territoire saint-clausien :
plan saint-nicolas liege.jpg
Cliquez sur le plan pour l'agrandir dans une nouvelle fenêtre.

Cette voirie, qu'on appelait autrefois le « chemin venant de Saint-Gilles », a été officiellement baptisée « rue Saint-Nicolas » en 1818. Sur son parcours, se situait l'ancienne chapelle de Saint-Nicolas en Glain, qui est à l'origine du nom de la commune (voir autre note).

La rue Saint-Nicolas au départ de Saint-Gilles, en 1910, 1936 et 2008 :carrefour st-gilles_liege_1910.jpgcarrefour st-gilles 1936.jpgcarrefour st-gilles_liege_2008.jpg

 Le tronçon de la rue Saint-Nicolas du côté Saint-Gilles, au tout début
du XXe siècle et de nos jours :
Rue Saint-Nicolas côté Saint-Gilles début XXème siècle.jpgrue saint-nicolas_liege_2015.jpg

rue bois mayette liege 2015.jpg
L'immeuble blanc que l'on voit ci-dessus a servi autrefois de bureaux à une houillère établie dans le bas de la rue Mayette*, qui n'était alors qu'un chemin. Ce puits de mine appartenait la société de La Haye, créée en 1799. Il a été en activité jusqu'en 1819 (voir cet autre article).
* L'appellation « Mayette » provient du nom de Jean Maillet, propriétaire terrien du XIVe siècle.

Sur ce dessin de Jean Müller (Montegnée 1904-1977), on aperçoit le bois et le château Mayette (1), ainsi que le tronçon de la rue Saint-Nicolas (2) proche de l'église Saint-Gilles. Cliquez sur l'illustration pour l'agrandir dans une nouvelle fenêtre :Panorama bois mayette jean muller.jpg
La photo qui suit date de 1953. À l'arrière-plan, on aperçoit le clocher de l'église Saint-Gilles. Le bosquet, sur la gauche, est le bois Mayette, qui se trouve à l'époque sur le territoire communal de Saint-Nicolas. Ce petit bois n'est pas un vestige de l'épaisse forêt qui couvrait la région avant les défrichements du XVe siècle ; il est constitué d'arbres replantés en 1840 sur l'emplacement de l'ancien charbonnage, le propriétaire des lieux envisageant de faire ériger là un château familial :
bois mayette saint-nicolas liege 1953.jpg
Ce château Mayette (le bâtiment a pris le nom du lieu-dit), le voici au milieu du XXe siècle. Les girouettes des tourelles portent le millésime 1874, année probable de sa construction :

chateau mayette saint-nicolas liege 1953.jpg


Revenons rue Saint-Nicolas, où se trouvait autrefois un dépôt de tramways vicinaux, que voici vers 1911 :
depot trams st-gilles 1911.jpg

Ce tram vicinal 61 sort de la rue Saint-Gilles et s'engage dans la rue Ferdinand Nicolay pour descendre vers Tilleur (photo de 1959).
Les panneaux directionnels « Bruxelles » et « Tongeren » pointent vers la rue Saint-Nicolas :

tram 61 saint-gilles liege.jpg

Le dépôt en 1961 (les trams électriques ont presque tous été remplacés
par des autobus au gasoil) :

depot vicinal st-gilles 1961.jpg

Les lieux, actuellement, abritent le centre de formation
pour les métiers de l'automobile (AutoFORM) :
autoform st-gilles 2006.jpg

Un peu plus loin, le n° 106a de la rue Saint-Nicolas est une élégante demeure datant du troisième quart du XVIIIe siècle. Classé depuis 1979, l'édifice est répertorié au Patrimoine wallon comme l'ancien hôtel particulier De Francquen :maison de francquen saint-nicolas liege 2015.jpg

 La maison De Francquen au siècle dernier :maison de francquen saint-nicolas liege.jpg

 La carte postale qui suit date du tout début du XXe siècle ; elle montre, à l'arrière du bâtiment, le terrain servant de jardin et de pâturage. Cette fois, il est question du « château Orban »… N'hésitez pas à me contacter si vous possédez des renseignements sur les patronymes « Orban » et « De Francquen » :chateau orban.jpg

 La rue Saint-Nicolas photographiée en 1949 depuis son embranchement avec la rue des Peupliers :
rue saint-nicolas liege 1949_1.jpg

 Le même endroit de nos jours :rue saint-nicolas 2015.jpg

Une ferme rue Saint-Nicolas en 1964 (rappelons que ce côté de la rue était saint-clausien avant la fusion des communes de 1977) :ferme rue saint-nicolas 1964.jpg

 La ferme, de nos jours, a été aménagée en habitation :ancienne ferme rue saint-nicolas.jpg

 À l'arrière de l'ancienne ferme, en retrait dans son parc, se trouve une maison de style néo-classique. Probablement construite au XVIIe siècle, elle a été réaménagée dans la première moitié du XIXe siècle et restaurée dans les années 1970 :rue saint-nicolas_liege_bing maps.jpg

En voici une photo issue du site du Patrimoine wallon :maison rue saint-nicolas liege.jpg

 Au milieu de son parcours, la rue Saint-Nicolas est coupée par une place du même nom :place saint-nicolas liege 2008.jpg

 Cette place Saint-Nicolas, la voici en 1972 (excusez la qualité médiocre de la coupure de presse). Les bâtiments que l'on voit sont à l'époque sur le territoire de la commune de Saint-Nicolas (aujourd'hui de Liège). Les locaux du cinéma Olympia, à l'angle de la rue Noé-Renson, sont occupés de nos jours par un magasin discount de chaussures :Olympia 72.jpg

 La rue Noé-Renson a été ainsi baptisée en 1900, pour rendre hommage à Georges Noé et à son épouse (Renson de son nom de jeune fille). Lui était ingénieur dans divers charbonnages de la région, et le couple était connu pour sa philanthropie. Ils habitaient une importante demeure bourgeoise située place Saint-Nicolas.

Le « château Noé-Renson » avant sa destruction en 1930 :
chateau noe-renson saint-nicolas avant 1930.jpg

 Au-delà de la place, la rue Saint-Nicolas continue vers Montegnée et Glain :place saint-nicolas brico 2008.jpg

 Il est surprenant de comparer la vue précédente avec celle-ci, prise probablement avant-guerre :
rue et place saint-nicolas jadis.jpg

 Le même endroit au début des années 1960, avant l'existence du Brico :place saint-nicolas avant 1965_1.jpg

 Le « B », sur la droite de la vue ci-dessus, est un fragment de publicité pour les cigarettes Bastos, publicité que l'on retrouve sur la photo qui suit, présentant la jonction entre la place Saint-Nicolas et la rue du Calvaire :place saint-nicolas avant 1965_2.jpg

Comparons avec le même endroit de nos jours. L'immeuble à appartements, à droite sur les deux photos, fait partie des habitations sociales construites en 1956 par la Maison liégeoise :
saint-nicolas

 En 1962, le boulevard Sainte-Beuve vient d'être achevé en direction de la place Saint-Nicolas (dans le fond), où les premières habitations sociales de la Maison liégeoise datent de 1956. Dès 1963, c'est toute une cité qui sortira de terre le long de la nouvelle artère :boulevard sainte-beuve liege 1962.jpg

 Retour sur la place Saint-Nicolas, avec des photos comparatives 1985 / 2015. Tout d'abord, en direction de Saint-Gilles :
place saint-nicolas liege 1985_2.jpgsaint-nicolas

 Puis vers Montegnée :place saint-nicolas liege 1985_1.jpgsaint-nicolas

place saint-nicolas liege 1985_3.jpgsaint-nicolas

 La rue Burenville en 1965, vue depuis la rue Saint-Nicolas :rue burenville liege 1965.jpg

 Des nos jours :
saint-nicolas

Continuons à suivre la rue Saint-Nicolas :saint-nicolas

 Un peu plus loin à droite, s'ouvre la rue André Delchef* (la flèche sur la vue précédente), avec une grande surface de vente de chaque côté :
* André Delchef (1835-1902), auteur de pièces de théâtre en wallon.
saint-nicolas

 La rue Delchef, dans le même sens en 1972 :saint-nicolas

 Les installations minières que l'on voit ci-dessus, deux ans avant la fermeture du site, sont le siège « Saint-Nicolas » de la Société des charbonnages Espérance et Bonne Fortune. Cliquez ICI pour accéder à un autre article exclusivement consacré à ce sujet.

Sur la photo qui suit, le muret bordé de végétation est le vestige d'un ancien pont franchissant une ligne de chemin de fer à l'usage des charbonnages (voir autre article) :saint-nicolas

Sur cette vue aérienne de 2009 , la flèche désigne l'axe de la rue Saint-Nicolas. On reconnaît la rue André Delchef (1), l'emplacement de l'ancien charbonnage (2) et l'ancienne tranchée du chemin de fer (3). De l'autre côté du pont, l'immeuble rouge actuel est en cours de construction (4) :saint-nicolas

 La rue de la Coopération en 1958. Dans le fond, on aperçoit la rue Saint-Nicolas. À droite, ce sont des dépendances de l'ancienne ferme Raik, qu'une école communale a longtemps occupées avant de déménager plus en avant dans la rue, dans de nouveaux locaux :saint-nicolas

 Ci-dessous, le même endroit de nos jours, avec ses logements sociaux et son marché hebdomadaire. Créé en 1927, ce marché s'est d'abord tenu place Saint-Nicolas ; il a été déplacé rue de la Coopération en 1972 :saint-nicolas

Nous approchons du carrefour des Bons Buveurs :saint-nicolas

 La rue Saint-Nicolas au carrefour des Bons Buveurs, dans les années 1950 et en 2008 :bons buveurs annees 1950.jpgbons buveurs 2008.jpg

 Le lieu-dit des Bons Buveurs tire son appellation d'une ancienne houillère du XVIIIe siècle, elle-même ainsi baptisée à cause de la proximité d'un estaminet très fréquenté à l'époque des charbonnages. La dénomination a été conservée par le café situé au coin de la rue des Bons Buveurs et de la rue Saint-Nicolas.

Le carrefour des Bons Buveurs en 1910 et en 2008 :
bons buveurs 1910.jpgbons buveurs 2008 (2).jpg

La photo suivante a été prise le 22 avril 2008 vers 10 heures. La rue Saint-Nicolas est interdite à la circulation à cause d'un braquage en cours dans le magasin Aldi qui se trouve un peu plus loin. Le complexe rougeâtre, sur la gauche, est la clinique de l'Espérance :
saint-nicolas

Cette clinique tient son nom de l'importante S.A. des Charbonnages Espérance et Bonne Fortune, société qui l'a fondée en 1907 pour soigner les mineurs accidentés. Au départ, le dispensaire est établi dans une simple maison d'habitation, à laquelle sera jointe en 1909 une salle d'hospitalisation de douze lits. Le service acquiert une grande notoriété et finit par s'ouvrir aux travailleurs d'autres entreprises et à la population environnante.

Le bâtiment que l'on voit sur la photo ci-dessous (prise en 1960) a été inauguré en 1957 :saint-nicolas

Le centre hospitalier est du côté montagnard de la rue (l'adjectif « montagnard » désigne en effet tout ce qui se rapporte à Montegnée) :saint-nicolas

L'entrée du siège principal de la S.A. des Charbonnages Espérance et Bonne Fortune (voir cet autre article) se trouvait au bout de l'impasse de l'Espérance, que voici en 1972, un an avant la fermeture définitive de la houillère :saint-nicolas

Le même endroit de nos jours. L'impasse se termine par un terrain vague clôturé où est installé un poste électrique haute tension :saint-nicolas

Situons les lieux grâce à cette vue aérienne de Bing Maps (cliquez dessus pour l'agrandir dans une nouvelle fenêtre) :saint-nicolas
Les flèches rouges indiquent le tracé de la rue Saint-Nicolas.
1 = la clinique de l'Espérance  /  2 = l'ancien siège principal des charbonnages de l'Espérance et Bonne Fortune  /  3 = le terril de l'Espérance devenu lieu de promenade  /  4
= L'emplacement d'une concession automobile et d'un supermarché discount / 5 = l'ancien
siège « Saint-Nicolas » des charbonnages précités, le ravel remplaçant l'ancienne ligne de chemin de fer.
Le pointillé rouge est le tracé d'une autre ancienne ligne de chemin de fer reliant les deux sièges d'exploitation houillère, tracé qui a laissé sa marque dans la végétation.

Les mêmes indications se retrouvent sur cette autre vue aérienne de 1947, dans un environnement bien sûr différent, moins urbanisé, à l'époque des charbonnages en activité :

saint-nicolas

Les dernières photos concernent le tronçon de la rue Saint-Nicolas à l'approche de la place des Marronniers. La photo qui suit date de 1949. Le mur délimite la propriété Springuel, du nom de leurs propriétaires Arthur et Irma Springuel, qui ont légué leur bien, en 1942, à la Communauté des Filles de la Charité. Le terrain comporte une grande maison, dans laquelle les religieuses donnent asile à des personnes âgées en difficulté, ainsi qu'à des sinistrés victimes des bombardements :saint-nicolas

De nos jours :
saint-nicolas

La propriété Springuel vue en 1949 depuis la rue Émile Vandervelde* :
* Homme politique belge (1866-1938), figure emblématique du parti socialiste.
saint-nicolas

De nos jours :
saint-nicolas

Le home Springuel d'origine a fait place dès 1953 à de nouveaux bâtiments :saint-nicolas

La maison de retraite a été reprise en 1973 par le CPAS de Saint-Nicolas. La résidence Springuel vient d'être agrandie et modernisée :saint-nicolas

 Merci de cliquer sur « J'aime » si vous avez apprécié cet article Sourire

15:50 Écrit par Claude Warzée dans 05. La rue Saint-Nicolas | Commentaires (2) |  Facebook |

04/01/2015

L'hôtel communal

La première maison communale de Saint-Nicolas se situe à l'angle des actuelles rues Malaise et Ferdinand Nicolay :
Maison communale fin XIXème siècle.jpg  Dès 1850, une école est installée à côté de cette maison communale ; elle est agrandie en 1880, à l'emplacement des buildings actuels de la rue Malaise* ; elle disparaîtra en 1912 au profit de nouveaux bâtiments scolaires dans la rue Tout-Va-Bien.
* Du nom d'une famille propriétaire de différentes bures (puits de charbonnages).

  Ci dessous, la rue Malaise en 2008 :
Rue Malaise.jpg

En 1902,commence le chantier d'un nouvel hôtel communal, que voici dans toute sa splendeur d'époque :
Hôtel communal 1902.jpg

   Cette bâtisse est détruite par un V1 en décembre 1944 :Hôtel communal 44-45.jpg

   Les services à la population sont installés dans divers locaux scolaires, mais le conseil communal envisage rapidement la construction d'un nouvel immeuble. Dès février 1945, l'architecte Crollaer est chargé d'établir un projet. 

  Les plans sont définitivement approuvés en 1949, et le chantier va durer de 1950 à 1954 :

construction maison communale saint-nicolas_1950b.jpgconstruction maison communale saint-nicolas_1950a.jpgmaison communale saint-nicolas_1954.jpg

Dans les années 1960, l'hôtel de ville se trouve au cœur d'un environnement champêtre (le clocher, à l'horizon, est celui de l'église Saint-Gilles) :
panorama saint-nicolas_annees 1960.jpg

Le quartier s'est fortement urbanisé dès la fin des années 1960 et au cours des années 1970 (la vue qui suit a été prise du haut de la rue du Mayeur, et le clocher, cette fois, est celui de l'église Saint-Nicolas) :
rue du mayeur_saint-nicolas_1970.jpg

Le même endroit de nos jours :saint-nicolas,histoire de la commune de saint-nicolas,maison communale,hotel de ville,rue malaise,rue ferdinand nicolay,rue tout-va-bien,crollaer,rue du mayeur,montegnée,tilleur,jean muller,oscar condez,vitrail hôtel de ville,mineur,terrils

L'hôtel communal au début des années 1970 :
maison communale_saint-nicolas_1970.jpg

L'hôtel communal dans son aspect actuel (après rénovation en 1990) :saint-nicolas,histoire de la commune de saint-nicolas,maison communale,hotel de ville,rue malaise,rue ferdinand nicolay,rue tout-va-bien,crollaer,rue du mayeur,montegnée,tilleur,jean muller,oscar condez,vitrail hôtel de ville,mineur,terrils

Ce vitrail, dans la cage d'escalier de l'hôtel communal, a été réalisé par le peintre-verrier Oscar Condez, selon un dessin de l'artiste Jean Müller (né à Montegnée en 1904 et décédé en 1977). Cette œuvre rappelle le passé houiller de la commune :
saint-nicolas,histoire de la commune de saint-nicolas,maison communale,hotel de ville,rue malaise,rue ferdinand nicolay,rue tout-va-bien,crollaer,rue du mayeur,montegnée,tilleur,jean muller,oscar condez,vitrail hôtel de ville,mineur,terrils

Avant la fusion des communes votée en décembre 1975 et appliquée le 1er janvier 1977, Montegnée et Tilleur étaient des municipalités distinctes, chacune possédant sa propre maison communale.

Voici l'hôtel communal de Montegnée au tout début du XXe siècle, puis un siècle plus tard (devenu une annexe du siège principal de Saint-Nicolas) :
saint-nicolas,histoire de la commune de saint-nicolas,maison communale,hotel de ville,rue malaise,rue ferdinand nicolay,rue tout-va-bien,crollaer,rue du mayeur,montegnée,tilleur,jean muller,oscar condez,vitrail hôtel de ville,mineur,terrilssaint-nicolas,histoire de la commune de saint-nicolas,maison communale,hotel de ville,rue malaise,rue ferdinand nicolay,rue tout-va-bien,crollaer,rue du mayeur,montegnée,tilleur,jean muller,oscar condez,vitrail hôtel de ville,mineur,terrils

Quant à la maison communale de Tilleur, que l'on voit vers 1910 sur la première vue ci-dessous, elle a été démolie en 1979 et remplacée par l'école du Pied du Thier : 
saint-nicolas,histoire de la commune de saint-nicolas,maison communale,hotel de ville,rue malaise,rue ferdinand nicolay,rue tout-va-bien,crollaer,rue du mayeur,montegnée,tilleur,jean muller,oscar condez,vitrail hôtel de ville,mineur,terrilssaint-nicolas,histoire de la commune de saint-nicolas,maison communale,hotel de ville,rue malaise,rue ferdinand nicolay,rue tout-va-bien,crollaer,rue du mayeur,montegnée,tilleur,jean muller,oscar condez,vitrail hôtel de ville,mineur,terrils

15:25 Écrit par Claude Warzée dans 02. L'hôtel communal | Commentaires (4) |  Facebook |

03/01/2015

L'origine du nom de la commune : Saint-Nicolas

  Le nom de la commune provient d'une chapelle dédiée à saint Nicolas*, construite en 1147 dans une clairière du bois de Glain (la région est alors une épaisse forêt que l'on commence à défricher, et le mot « Glain » pourrait faire allusion aux glands des chênes).
* Consacrée le 22 juillet 1151 par l'évêque de Liège Henri de Leyen, cette chapelle devient un prieuré dépendant de l'abbaye de Saint-Laurent, dont l'abbé est alors Wazelin II, grand admirateur de ce saint patron.

Reconstruit au début du XIIIe siècle, le sanctuaire est agrandi, mais cinq siècles plus tard, des transformations modifient et réduisent le corps d'église, tout en conservant le chœur roman d'origine.

Quand la principauté de Liége est annexée par la France en 1795, la chapelle de Saint-Nicolas-en-Glain devient une annexe de l'église paroissiale de Saint-Gilles, puis est vendue en 1807. Elle finira transformée en grange.

Le chœur roman, délabré, sur un croquis de 1844  :Ruines 1844.jpg

Les ruines vers 1880 :
saint-nicolas,commune de saint-nicolas (liège),histoire de la commune de saint-nicolas,chapelle saint-nicolas,glain,forêt de glain,charbonnages,charbonnage de l'espérance

Quand la paroisse Saint-Nicolas est créée en 1865, l'emplacement de la vieille chapelle n'en est plus le centre. Le projet de la restaurer, un moment envisagé, n'aboutit donc pas : une nouvelle église paroissiale sera construite dès 1874 (voir autre article consacré à ce lieu de culte).

 Examinez attentivement l'abside romane de la chapelle Saint-Nicolas sur les documents qui précèdent. Elle a servi de modèle pour celle de l'église Saint-Gilles, quand cette dernière a été modifiée et restaurée de 1891 à 1894 :saint-nicolas,commune de saint-nicolas (liège),histoire de la commune de saint-nicolas,chapelle saint-nicolas,glain,forêt de glain,charbonnages,charbonnage de l'espérance

La chapelle de Saint-Nicolas-en-Glain sera démolie en 1906. La voici en 1904 ; l'étage a été abattu, et ce qui reste du chœur  a été couvert d'un toit bricolé pour servir de remise :saint-nicolas,commune de saint-nicolas (liège),histoire de la commune de saint-nicolas,chapelle saint-nicolas,glain,forêt de glain,charbonnages,charbonnage de l'espérance

  Cet édifice, s'il existait toujours, se trouverait à l'angle de la rue Saint-Nicolas et de la rue des Noyers (autre appellation qui rappelle le passé forestier de l'endroit). Voici cet endroit en octobre 2009, pendant la construction d'un immeuble à appartements avec rez-de-chaussée commercial :
Travaux oct_2009.jpg

Quelques photos d'avril 2008, avant le début de ces travaux :Rue des Noyers_ rue Saint-Nicolas 1.jpgRue des Noyers_rue Saint-Nicolas 2.jpgRue des Noyers_rue Saint-Nicolas 3.jpg
  Le terrain vague que l'on aperçoit de part et d'autre du pont Saint-Nicolas, c'est l'ancienne tranchée du chemin de fer Flémalle-Ans, voie ferrée qui desservait les charbonnages de la région.

La tranchée aujourd'hui désaffectée :Tranchée de l'ancien chemin de fer.jpg

  Le chemin de fer et le siège saint-clausien du charbonnage de l'Espérance au début des années 1970, avant leur démolition définitive :
Beur al djote.jpg
  Sur cette photo de septembre 2008, montrant les fondations du nouvel immeuble, on aperçoit toujours l'arcade de l'ancien pont Saint-Nicolas :
pont SN.jpg


Cliquez ICI pour davantage de renseignements sur la Société des charbonnages de l'Espérance et Bonne Fortune.

15:35 Écrit par Claude Warzée dans 01. Les origines du nom de la commune | Commentaires (3) |  Facebook |

06/04/2014

Le charbonnage du Gosson 2

Saint-Nicolas,charbonnage,houillère,belle-fleur,terril,gosson,gosson 2,rue Lamay

Saint-Nicolas,charbonnage,houillère,belle-fleur,terril,gosson,gosson 2,rue Lamay

Saint-Nicolas,charbonnage,houillère,belle-fleur,terril,gosson,gosson 2,rue Lamay

Saint-Nicolas,charbonnage,houillère,belle-fleur,terril,gosson,gosson 2,rue Lamay


La rue Lamay :

Saint-Nicolas,charbonnage,houillère,belle-fleur,terril,gosson,gosson 2,rue Lamay

14:17 Écrit par Claude Warzée | Commentaires (0) |  Facebook |

26/11/2011

À l'angle de la rue de Tilleur et de la rue Courte : démolition d'immeubles anciens

Septembre 2011 :

001.jpg

Du 18 au 24 novembre 2011 :

002.jpg

003.jpg

004.jpg

005.jpg

006.jpg

007.jpg

008.jpg

14:56 Écrit par Claude Warzée dans 04. La rue de Tilleur | Commentaires (0) |  Facebook |