24/06/2015

La rue Saint-Nicolas

La rue Saint-Nicolas est une longue voirie qui relie le quartier Saint-Gilles à la chaussée de Gaulle (Montegnée). Sur une portion de son tracé, elle constitue la frontière entre la commune de Saint-Nicolas et la ville de Liège. Avant la fusion des communes de 1977, les trente et un hectares colorés en gris sur le plan ci-dessous appartenaient au territoire saint-clausien :
plan saint-nicolas liege.jpg
Cliquez sur le plan pour l'agrandir dans une nouvelle fenêtre.

Cette voirie, qu'on appelait autrefois le « chemin venant de Saint-Gilles », a été officiellement baptisée « rue Saint-Nicolas » en 1818. Sur son parcours, se situait l'ancienne chapelle de Saint-Nicolas en Glain, qui est à l'origine du nom de la commune (voir autre note).

La rue Saint-Nicolas au départ de Saint-Gilles, en 1910, 1936 et 2008 :carrefour st-gilles_liege_1910.jpgcarrefour st-gilles 1936.jpgcarrefour st-gilles_liege_2008.jpg

 Le tronçon de la rue Saint-Nicolas du côté Saint-Gilles, au tout début
du XXe siècle et de nos jours :
Rue Saint-Nicolas côté Saint-Gilles début XXème siècle.jpgrue saint-nicolas_liege_2015.jpg

rue bois mayette liege 2015.jpg
L'immeuble blanc que l'on voit ci-dessus a servi autrefois de bureaux à une houillère établie dans le bas de la rue Mayette*, qui n'était alors qu'un chemin. Ce puits de mine appartenait la société de La Haye, créée en 1799. Il a été en activité jusqu'en 1819 (voir cet autre article).
* L'appellation « Mayette » provient du nom de Jean Maillet, propriétaire terrien du XIVe siècle.

Sur ce dessin de Jean Müller (Montegnée 1904-1977), on aperçoit le bois et le château Mayette (1), ainsi que le tronçon de la rue Saint-Nicolas (2) proche de l'église Saint-Gilles. Cliquez sur l'illustration pour l'agrandir dans une nouvelle fenêtre :Panorama bois mayette jean muller.jpg
La photo qui suit date de 1953. À l'arrière-plan, on aperçoit le clocher de l'église Saint-Gilles. Le bosquet, sur la gauche, est le bois Mayette, qui se trouve à l'époque sur le territoire communal de Saint-Nicolas. Ce petit bois n'est pas un vestige de l'épaisse forêt qui couvrait la région avant les défrichements du XVe siècle ; il est constitué d'arbres replantés en 1840 sur l'emplacement de l'ancien charbonnage, le propriétaire des lieux envisageant de faire ériger là un château familial :
bois mayette saint-nicolas liege 1953.jpg
Ce château Mayette (le bâtiment a pris le nom du lieu-dit), le voici au milieu du XXe siècle. Les girouettes des tourelles portent le millésime 1874, année probable de sa construction :

chateau mayette saint-nicolas liege 1953.jpg


Revenons rue Saint-Nicolas, où se trouvait autrefois un dépôt de tramways vicinaux, que voici vers 1911 :
depot trams st-gilles 1911.jpg

Ce tram vicinal 61 sort de la rue Saint-Gilles et s'engage dans la rue Ferdinand Nicolay pour descendre vers Tilleur (photo de 1959).
Les panneaux directionnels « Bruxelles » et « Tongeren » pointent vers la rue Saint-Nicolas :

tram 61 saint-gilles liege.jpg

Le dépôt en 1961 (les trams électriques ont presque tous été remplacés
par des autobus au gasoil) :

depot vicinal st-gilles 1961.jpg

Les lieux, actuellement, abritent le centre de formation
pour les métiers de l'automobile (AutoFORM) :
autoform st-gilles 2006.jpg

Un peu plus loin, le n° 106a de la rue Saint-Nicolas est une élégante demeure datant du troisième quart du XVIIIe siècle. Classé depuis 1979, l'édifice est répertorié au Patrimoine wallon comme l'ancien hôtel particulier De Francquen :maison de francquen saint-nicolas liege 2015.jpg

 La maison De Francquen au siècle dernier :maison de francquen saint-nicolas liege.jpg

 La carte postale qui suit date du tout début du XXe siècle ; elle montre, à l'arrière du bâtiment, le terrain servant de jardin et de pâturage. Cette fois, il est question du « château Orban »… N'hésitez pas à me contacter si vous possédez des renseignements sur les patronymes « Orban » et « De Francquen » :chateau orban.jpg

 La rue Saint-Nicolas photographiée en 1949 depuis son embranchement avec la rue des Peupliers :
rue saint-nicolas liege 1949_1.jpg

 Le même endroit de nos jours :rue saint-nicolas 2015.jpg

Une ferme rue Saint-Nicolas en 1964 (rappelons que ce côté de la rue était saint-clausien avant la fusion des communes de 1977) :ferme rue saint-nicolas 1964.jpg

 La ferme, de nos jours, a été aménagée en habitation :ancienne ferme rue saint-nicolas.jpg

 À l'arrière de l'ancienne ferme, en retrait dans son parc, se trouve une maison de style néo-classique. Probablement construite au XVIIe siècle, elle a été réaménagée dans la première moitié du XIXe siècle et restaurée dans les années 1970 :rue saint-nicolas_liege_bing maps.jpg

En voici une photo issue du site du Patrimoine wallon :maison rue saint-nicolas liege.jpg

 Au milieu de son parcours, la rue Saint-Nicolas est coupée par une place du même nom :place saint-nicolas liege 2008.jpg

 Cette place Saint-Nicolas, la voici en 1972 (excusez la qualité médiocre de la coupure de presse). Les bâtiments que l'on voit sont à l'époque sur le territoire de la commune de Saint-Nicolas (aujourd'hui de Liège). Les locaux du cinéma Olympia, à l'angle de la rue Noé-Renson, sont occupés de nos jours par un magasin discount de chaussures :Olympia 72.jpg

 La rue Noé-Renson a été ainsi baptisée en 1900, pour rendre hommage à Georges Noé et à son épouse (Renson de son nom de jeune fille). Lui était ingénieur dans divers charbonnages de la région, et le couple était connu pour sa philanthropie. Ils habitaient une importante demeure bourgeoise située place Saint-Nicolas.

Le « château Noé-Renson » avant sa destruction en 1930 :
chateau noe-renson saint-nicolas avant 1930.jpg

 Au-delà de la place, la rue Saint-Nicolas continue vers Montegnée et Glain :place saint-nicolas brico 2008.jpg

 Il est surprenant de comparer la vue précédente avec celle-ci, prise probablement avant-guerre :
rue et place saint-nicolas jadis.jpg

 Le même endroit au début des années 1960, avant l'existence du Brico :place saint-nicolas avant 1965_1.jpg

 Le « B », sur la droite de la vue ci-dessus, est un fragment de publicité pour les cigarettes Bastos, publicité que l'on retrouve sur la photo qui suit, présentant la jonction entre la place Saint-Nicolas et la rue du Calvaire :place saint-nicolas avant 1965_2.jpg

Comparons avec le même endroit de nos jours. L'immeuble à appartements, à droite sur les deux photos, fait partie des habitations sociales construites en 1956 par la Maison liégeoise :
saint-nicolas

 En 1962, le boulevard Sainte-Beuve vient d'être achevé en direction de la place Saint-Nicolas (dans le fond), où les premières habitations sociales de la Maison liégeoise datent de 1956. Dès 1963, c'est toute une cité qui sortira de terre le long de la nouvelle artère :boulevard sainte-beuve liege 1962.jpg

 Retour sur la place Saint-Nicolas, avec des photos comparatives 1985 / 2015. Tout d'abord, en direction de Saint-Gilles :
place saint-nicolas liege 1985_2.jpgsaint-nicolas

 Puis vers Montegnée :place saint-nicolas liege 1985_1.jpgsaint-nicolas

place saint-nicolas liege 1985_3.jpgsaint-nicolas

 La rue Burenville en 1965, vue depuis la rue Saint-Nicolas :rue burenville liege 1965.jpg

 Des nos jours :
saint-nicolas

Continuons à suivre la rue Saint-Nicolas :saint-nicolas

 Un peu plus loin à droite, s'ouvre la rue André Delchef* (la flèche sur la vue précédente), avec une grande surface de vente de chaque côté :
* André Delchef (1835-1902), auteur de pièces de théâtre en wallon.
saint-nicolas

 La rue Delchef, dans le même sens en 1972 :saint-nicolas

 Les installations minières que l'on voit ci-dessus, deux ans avant la fermeture du site, sont le siège « Saint-Nicolas » de la Société des charbonnages Espérance et Bonne Fortune. Cliquez ICI pour accéder à un autre article exclusivement consacré à ce sujet.

Sur la photo qui suit, le muret bordé de végétation est le vestige d'un ancien pont franchissant une ligne de chemin de fer à l'usage des charbonnages (voir autre article) :saint-nicolas

Sur cette vue aérienne de 2009 , la flèche désigne l'axe de la rue Saint-Nicolas. On reconnaît la rue André Delchef (1), l'emplacement de l'ancien charbonnage (2) et l'ancienne tranchée du chemin de fer (3). De l'autre côté du pont, l'immeuble rouge actuel est en cours de construction (4) :saint-nicolas

 La rue de la Coopération en 1958. Dans le fond, on aperçoit la rue Saint-Nicolas. À droite, ce sont des dépendances de l'ancienne ferme Raik, qu'une école communale a longtemps occupées avant de déménager plus en avant dans la rue, dans de nouveaux locaux :saint-nicolas

 Ci-dessous, le même endroit de nos jours, avec ses logements sociaux et son marché hebdomadaire. Créé en 1927, ce marché s'est d'abord tenu place Saint-Nicolas ; il a été déplacé rue de la Coopération en 1972 :saint-nicolas

Nous approchons du carrefour des Bons Buveurs :saint-nicolas

 La rue Saint-Nicolas au carrefour des Bons Buveurs, dans les années 1950 et en 2008 :bons buveurs annees 1950.jpgbons buveurs 2008.jpg

 Le lieu-dit des Bons Buveurs tire son appellation d'une ancienne houillère du XVIIIe siècle, elle-même ainsi baptisée à cause de la proximité d'un estaminet très fréquenté à l'époque des charbonnages. La dénomination a été conservée par le café situé au coin de la rue des Bons Buveurs et de la rue Saint-Nicolas.

Le carrefour des Bons Buveurs en 1910 et en 2008 :
bons buveurs 1910.jpgbons buveurs 2008 (2).jpg

La photo suivante a été prise le 22 avril 2008 vers 10 heures. La rue Saint-Nicolas est interdite à la circulation à cause d'un braquage en cours dans le magasin Aldi qui se trouve un peu plus loin. Le complexe rougeâtre, sur la gauche, est la clinique de l'Espérance :
saint-nicolas

Cette clinique tient son nom de l'importante S.A. des Charbonnages Espérance et Bonne Fortune, société qui l'a fondée en 1907 pour soigner les mineurs accidentés. Au départ, le dispensaire est établi dans une simple maison d'habitation, à laquelle sera jointe en 1909 une salle d'hospitalisation de douze lits. Le service acquiert une grande notoriété et finit par s'ouvrir aux travailleurs d'autres entreprises et à la population environnante.

Le bâtiment que l'on voit sur la photo ci-dessous (prise en 1960) a été inauguré en 1957 :saint-nicolas

Le centre hospitalier est du côté montagnard de la rue (l'adjectif « montagnard » désigne en effet tout ce qui se rapporte à Montegnée) :saint-nicolas

L'entrée du siège principal de la S.A. des Charbonnages Espérance et Bonne Fortune (voir cet autre article) se trouvait au bout de l'impasse de l'Espérance, que voici en 1972, un an avant la fermeture définitive de la houillère :saint-nicolas

Le même endroit de nos jours. L'impasse se termine par un terrain vague clôturé où est installé un poste électrique haute tension :saint-nicolas

Situons les lieux grâce à cette vue aérienne de Bing Maps (cliquez dessus pour l'agrandir dans une nouvelle fenêtre) :saint-nicolas
Les flèches rouges indiquent le tracé de la rue Saint-Nicolas.
1 = la clinique de l'Espérance  /  2 = l'ancien siège principal des charbonnages de l'Espérance et Bonne Fortune  /  3 = le terril de l'Espérance devenu lieu de promenade  /  4
= L'emplacement d'une concession automobile et d'un supermarché discount / 5 = l'ancien
siège « Saint-Nicolas » des charbonnages précités, le ravel remplaçant l'ancienne ligne de chemin de fer.
Le pointillé rouge est le tracé d'une autre ancienne ligne de chemin de fer reliant les deux sièges d'exploitation houillère, tracé qui a laissé sa marque dans la végétation.

Les mêmes indications se retrouvent sur cette autre vue aérienne de 1947, dans un environnement bien sûr différent, moins urbanisé, à l'époque des charbonnages en activité :

saint-nicolas

Les dernières photos concernent le tronçon de la rue Saint-Nicolas à l'approche de la place des Marronniers. La photo qui suit date de 1949. Le mur délimite la propriété Springuel, du nom de leurs propriétaires Arthur et Irma Springuel, qui ont légué leur bien, en 1942, à la Communauté des Filles de la Charité. Le terrain comporte une grande maison, dans laquelle les religieuses donnent asile à des personnes âgées en difficulté, ainsi qu'à des sinistrés victimes des bombardements :saint-nicolas

De nos jours :
saint-nicolas

La propriété Springuel vue en 1949 depuis la rue Émile Vandervelde* :
* Homme politique belge (1866-1938), figure emblématique du parti socialiste.
saint-nicolas

De nos jours :
saint-nicolas

Le home Springuel d'origine a fait place dès 1953 à de nouveaux bâtiments :saint-nicolas

La maison de retraite a été reprise en 1973 par le CPAS de Saint-Nicolas. La résidence Springuel vient d'être agrandie et modernisée :saint-nicolas

 Merci de cliquer sur « J'aime » si vous avez apprécié cet article Sourire

15:50 Écrit par Claude Warzée dans 05. La rue Saint-Nicolas | Commentaires (2) |  Facebook |

04/01/2015

L'hôtel communal

La première maison communale de Saint-Nicolas se situe à l'angle des actuelles rues Malaise et Ferdinand Nicolay :
Maison communale fin XIXème siècle.jpg  Dès 1850, une école est installée à côté de cette maison communale ; elle est agrandie en 1880, à l'emplacement des buildings actuels de la rue Malaise* ; elle disparaîtra en 1912 au profit de nouveaux bâtiments scolaires dans la rue Tout-Va-Bien.
* Du nom d'une famille propriétaire de différentes bures (puits de charbonnages).

  Ci dessous, la rue Malaise en 2008 :
Rue Malaise.jpg

En 1902,commence le chantier d'un nouvel hôtel communal, que voici dans toute sa splendeur d'époque :
Hôtel communal 1902.jpg

   Cette bâtisse est détruite par un V1 en décembre 1944 :Hôtel communal 44-45.jpg

   Les services à la population sont installés dans divers locaux scolaires, mais le conseil communal envisage rapidement la construction d'un nouvel immeuble. Dès février 1945, l'architecte Crollaer est chargé d'établir un projet. 

  Les plans sont définitivement approuvés en 1949, et le chantier va durer de 1950 à 1954 :

construction maison communale saint-nicolas_1950b.jpgconstruction maison communale saint-nicolas_1950a.jpgmaison communale saint-nicolas_1954.jpg

Dans les années 1960, l'hôtel de ville se trouve au cœur d'un environnement champêtre (le clocher, à l'horizon, est celui de l'église Saint-Gilles) :
panorama saint-nicolas_annees 1960.jpg

Le quartier s'est fortement urbanisé dès la fin des années 1960 et au cours des années 1970 (la vue qui suit a été prise du haut de la rue du Mayeur, et le clocher, cette fois, est celui de l'église Saint-Nicolas) :
rue du mayeur_saint-nicolas_1970.jpg

Le même endroit de nos jours :saint-nicolas,histoire de la commune de saint-nicolas,maison communale,hotel de ville,rue malaise,rue ferdinand nicolay,rue tout-va-bien,crollaer,rue du mayeur,montegnée,tilleur,jean muller,oscar condez,vitrail hôtel de ville,mineur,terrils

L'hôtel communal au début des années 1970 :
maison communale_saint-nicolas_1970.jpg

L'hôtel communal dans son aspect actuel (après rénovation en 1990) :saint-nicolas,histoire de la commune de saint-nicolas,maison communale,hotel de ville,rue malaise,rue ferdinand nicolay,rue tout-va-bien,crollaer,rue du mayeur,montegnée,tilleur,jean muller,oscar condez,vitrail hôtel de ville,mineur,terrils

Ce vitrail, dans la cage d'escalier de l'hôtel communal, a été réalisé par le peintre-verrier Oscar Condez, selon un dessin de l'artiste Jean Müller (né à Montegnée en 1904 et décédé en 1977). Cette œuvre rappelle le passé houiller de la commune :
saint-nicolas,histoire de la commune de saint-nicolas,maison communale,hotel de ville,rue malaise,rue ferdinand nicolay,rue tout-va-bien,crollaer,rue du mayeur,montegnée,tilleur,jean muller,oscar condez,vitrail hôtel de ville,mineur,terrils

Avant la fusion des communes votée en décembre 1975 et appliquée le 1er janvier 1977, Montegnée et Tilleur étaient des municipalités distinctes, chacune possédant sa propre maison communale.

Voici l'hôtel communal de Montegnée au tout début du XXe siècle, puis un siècle plus tard (devenu une annexe du siège principal de Saint-Nicolas) :
saint-nicolas,histoire de la commune de saint-nicolas,maison communale,hotel de ville,rue malaise,rue ferdinand nicolay,rue tout-va-bien,crollaer,rue du mayeur,montegnée,tilleur,jean muller,oscar condez,vitrail hôtel de ville,mineur,terrilssaint-nicolas,histoire de la commune de saint-nicolas,maison communale,hotel de ville,rue malaise,rue ferdinand nicolay,rue tout-va-bien,crollaer,rue du mayeur,montegnée,tilleur,jean muller,oscar condez,vitrail hôtel de ville,mineur,terrils

Quant à la maison communale de Tilleur, que l'on voit vers 1910 sur la première vue ci-dessous, elle a été démolie en 1979 et remplacée par l'école du Pied du Thier : 
saint-nicolas,histoire de la commune de saint-nicolas,maison communale,hotel de ville,rue malaise,rue ferdinand nicolay,rue tout-va-bien,crollaer,rue du mayeur,montegnée,tilleur,jean muller,oscar condez,vitrail hôtel de ville,mineur,terrilssaint-nicolas,histoire de la commune de saint-nicolas,maison communale,hotel de ville,rue malaise,rue ferdinand nicolay,rue tout-va-bien,crollaer,rue du mayeur,montegnée,tilleur,jean muller,oscar condez,vitrail hôtel de ville,mineur,terrils

15:25 Écrit par Claude Warzée dans 02. L'hôtel communal | Commentaires (4) |  Facebook |