21/01/2015

Les charbonnages Gosson-Lagasse

Plan de 1938 (cliquez dessus pour l'agrandir) :
plan 1938.jpg

 Aux XVIe et XVIIe siècles déjà, on signale de petites bures dans les campagnes qui descendent du plateau du Homvent* vers Jemeppe. On les appelle le Gosson, l'Agace, le Petit Corbeau, Chantraine ou Murébure...

* L'origine du mot « Homvent » est incertaine, mais il pourrait s'agir d'une forme ancienne de
« humer le vent », cet endroit constituant un passage naturel du vent aspiré vers la vallée.
Le terme « gosson », à l'époque, désigne le conducteur d'un cheval chargé de sacs de charbon ; en wallon, pareil cheval se dit « chivâ d'gosson ».
« Agace » ou « Agasse » étaient des termes servant à désigner une pie.
L'appellation « Chantraine » pourrait provenir d'une déformation de l'expression wallonne
« è tchant'rinne » ( « chante raine », en rapport avec le coassement des grenouilles).
Une bure était un puits de mine ; certains de ces puits étaient renforcés d'un revêtement en briques, d'où l'expression « Murébure ».

La fosse du Gosson, située près du Lameau*, est abandonnée depuis des décennies quand elle est remise en activité en 1791 et équipée d'une machine à vapeur.

*Graphie de Lamay au XVIIIe siècle. En ancien wallon, le mot « Lamê » désignait un tribart, le triangle en bois que l'on mettait au cou d'un animal pour l'empêcher de traverser les haies. L'endroit, autrefois, était-il connu pour son bétail ainsi équipé, ou le terrain avait-il tout simplement la forme d'un triangle ? Le lieu-dit a aussi donné naissance à un nom de famille dès le XVIe siècle.

La houillère du Gosson en 1796 :bure gosson_1796.jpg

Dans le début du XIXème siècle, la société charbonnière absorbe les bures environnantes et étend ses concessions sous Grâce, Hollogne et Jemeppe. Elle adopte le nom de Gosson-Lagasse* et devient une entreprise très importante.

* Le puits originel du Gosson a fini par être condamné au profit de celui de L'Agace — à remarquer le changement d'orthographe.


En 1877, on cite deux sites d'exploitation : le Gosson n°1 et le Gosson n°2, le premier au sommet et le second au bas de l'actuelle rue Lamay.

La photo qui suit, datant de 1949, est la rue Pavé du Gosson qui mène au siège n°1 du Gosson :

rue pave du gosson montegnee 1930.jpg

La rue Pavé du Gosson est un tronçon de la « pavèye dè gosson », un ancien chemin de la fin du XVIIIe siècle aménagé et pavé aux frais de la houillère pour être en communication avec la chaussée de Montegnée. La voici en 2008 :rue pave du gosson montegnee 2008.jpg

 Le Gosson n°1 en 1915 et 1920 :gosson 1_1915.jpggosson 1_ateliers_1920.jpg

En 1935 :
gosson_1 1935.jpg

L'entrée principale du Gosson n°1 en 1937, rue Murébure, à l'extrémité de la rue Pavé du Gosson :
gosson 1_entree 1937.jpg

La même entrée de nos jours :Ex-Gosson n°1.jpg

Le site du Gosson n°1 actuellement :Le site de l'ancien Gosson n°1.jpg

Le charbonnage en pleine activité avant sa fermeture en 1959 :gosson 1 montegnee.jpg

 Voici maintenant le siège du Gosson n°2 au temps de sa splendeur, vu depuis son propre terril (le terril marqué « T » et la belle-fleur cerclée de rouge appartiennent au siège du Gosson n°1) :
gosson 2 montegnee.jpg

Le bas de la rue Lamay dans la seconde partie des années 1930 :rue lamay debut XXe.jpg

Le même endroit en 2008, pendant la restauration du vieux lavoir, seul vestige architectural de la houillère :rue lamay 2008.jpg

Le siège du Gosson n°2 au milieu des années 1960, vu depuis le côté de la rue Chantraine (son terril est sur la droite de la photo, celui de gauche appartenant à l'ex-Gosson n°1, fermé depuis 1959) :
gosson 2_1966.jpg

 Le terril du Gosson n°2 en hiver, du côté de la rue Xhavée :terril gosson 2_1966.jpg

 Les installations du Gosson n°2 avant la fermeture en 1966 :gosson 2 avant 1966.jpg

La désolation en août 1967 :gosson 2-1967.jpg

 La photo qui suit a été prise en septembre 2008, pendant l'aménagement du site de la Maison des Terrils. Les installations charbonnières des deux vues précédentes se trouvaient là où travaille la pelleteuse :chantier maison des terrils 2008.jpg

Dès 2007, le site désaffecté du Gosson 2 a été réaménagé dans le cadre du projet Interreg III de la Route des Terrils, projet qui vise à restaurer les sites charbonniers pour les rendre accessibles aux promeneurs et à y promouvoir un tourisme doux, en harmonie avec la biodiversité du paysage.

Le vieux lavoir du Gosson 2, un des rares témoins de l'exploitation minière sur le territoire de la commune, est devenu le centre d'accueil d'un parc pédagogique à la fois historique et environnemental.

Le chantier en mai 2008 :chantier maison des terrils 2008(2).jpg

Cliquez ICI pour un autre article sur le sujet.

13:25 Écrit par Claude Warzée dans 11. Les charbonnages du Gosson | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

Ancien ingénieur du fond au Gosson n°2 de 1959 à 19966,j'aimerai connaître le programme des festivités de fin septembre 2008,annoncé par le Mosquito.

Écrit par : Destreel Francis | 21/07/2008

Qu'est devenue la machine à vapeur qui actionnait l'ascenseur ?
Il semble qu'il n'y ait aucune photo de l'engin...
Mon père était machiniste d'extraction au Gosson 1.

Écrit par : Lovinfosse | 28/10/2008

mon grand père était directeur au gosson 1.j'ai 91 ans et me souviens de tout.tél 042310148

Écrit par : demet | 19/08/2013

mon grand père était directeur au gosson 1.j'ai 91 ans et me souviens de tout.tél 042310148

Écrit par : demet | 19/08/2013

Les commentaires sont fermés.